dimanche 6 novembre 2011

[Chronique] Terre-Noire (Tome1) Les exilés du Tsar de Michel Honaker

- Titre du livre: Terre Noire (Tome 1) Les exilés du Tsar
- Auteur: Michel Honaker
- Edition : Flammarion ( février 2009)
- Nombre de pages: 264
- Coût: 13€
- 4ème de couverture:
'' Monsieur Tchakarov, sachez que vos crimes doivent être châtié. Nous ne désirons plus votre présence sur la terre de Russie. Vous devez partir sans espoir de retour. Vos oeuvres seront retirées de l'affiche. Votre nom ne sera plus publié, ni prononcé. Vous n'êtes plus un sujet d'exemple mais de honte.''

1897,
Saint-Pétersbourg
Jeune compositeur, Stepan réjouit par sa musique l'esprit du tsar. Mais tant de succès dérange. Alors le jeune homme est accusé de complot contre le pouvoir. En Russie, il n'y a pas de place pour les traîtres. Stepan doit quitter ses terres d'Ukraine qu'il chérit tant: le sombre domaine de Terre-Noire; et abandonner sa seule alliée, Natalia. Très vite, son exil prend la couleur de la haine...


    La couverture est dans des tons sombres, je l'ai trouvé assez intrigante. Les dimensions sont appropriées, le papier est de bonne qualité et le caractère d'imprimerie est assez gros. Le résumé nous annonce directement la ''couleur'' de l'histoire.

    Les exilés du Tsar est le premier tome de la trilogie Terre-Noire publiée pour la première fois en 1994 sous le nom des Chevalier de Terre-Noire. L'auteur a décidé de changer quelques détails, passages et de reprendre d'ancienne idées...

    En ce qui concerne l'histoire, elle se déroule en Russie sous le règne du Tsar Alexandre II. Stepan un jeune compositeur, adopté par une riche et noble famille de Russie, commence à connaître un succès. Mais il est accusé de complot contre le Tsar et échappe de peu à une mort presque certaine. Ce ne sont pas ses deux frères adoptifs, jaloux, qui l'aideront à calmer les accusations. Bien au contraire... Expatrié Stepan se retrouve sans rien et doit laisser ses seuls alliés et les seules choses qui lui reste derrière lui...

    Michel Honaker possède un style d'écriture fluide et facile à lire.

    J'ai beaucoup aimé le changement de point de vue qui nous permet de voir les événement sous plusieurs personnes qui ne pense pas la même chose. Parfois nous avons aussi des lettres ou des pages de journal ce qui diversifient la lecture. J'ai adoré ce premier tome. Les personnages sont attachants, certains sont plutôt mauvais mais ils expliquent leurs raisons ce qui ne les rends pas horribles. Le fait que l'histoire se passe en Russie dans une époque réaliste aiguise la curiosité du lecteur. L'histoire est pleine de rebondissement, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Un sans faute pour ce premier tome. Je compte lire le second tome assez rapidement et j'espère y retrouver le même univers que dans celui-ci.


"Que deviendrais-je si j'étais un jour contraint de partir? Parfois ce cauchemar hante mes nuits. La Russie est mon sang et mon sang est noir d'Ukraine."

«Batiouchka, ma mère disait que le destin est comme un sillon creusé dans le champs. Il ne dévie jamais. C'est parce que nous savons cela que nous supportons plus qu'il n'est supportable.»

2 commentaires:

  1. Le livre est nul il ne se passe rien dedans et puis à la fin d'un seul coup en 30 pages tout se passe! Je n'ai pas aimé et suis déçue!

    RépondreSupprimer

Laissez votre commentaire =)

Translate